Les difficultés du régime GAPS

Vous le savez désormais, je pense réellement que l’on puisse tirer parti du protocole GAPS, sur le long terme, afin réduire au silence certaines maladies ou symptômes qui nous gênent au quotidien…

 Il ne s’agit pas de l’adopter pour la vie mais s’en servir comme d’un « traitement naturel » pendant un certain temps et grâce auquel nous retrouverons une façon saine et équilibrée de manger.

Je vous parle régulièrement de tous les avantages que présente ce « régime », pourtant aujourd’hui j’aimerais vous parler des difficultés qui peuvent survenir, que je rencontre personnellement et je vous partage également mon état d’esprit du moment.

1.Les limites de la restriction alimentaire:

Tout d’abord, si je me suis lancé dans cette aventure l’année dernière, c’est réellement parce que j’y croyais !

J’ai vraiment eu la sensation que cela m’aiderait dans ma démarche d’une meilleure santé et j’ai toujours aujourd’hui cette intime conviction.

Cependant, les choses ne sont jamais parfaites, pour moi non plus, et certaines périodes sont particulièrement difficiles.

Les étapes d’introduction recommencées fin mars se passaient plutôt bien jusqu’à maintenant, pas d’écarts depuis 1 mois et ½ , j’étais content de moi, seulement voilà, parfois cela ne suffit pas.

Il faut bien avouer malgré tout que ces étapes sont très restrictives, on se prive d’énormément de choses, il faut être un minimum prêt psychologiquement et physiquement au départ !

Si vous n’êtes pas sujet à d’importants troubles digestifs ce n’est pas tellement long, et 1 semaine ou 10 jours passés par étape se passe vite.

Si vous êtes dans mon cas, il faut s’armer de patience ! Car même en respectant scrupuleusement les étapes l’on progresse plus à pas de tortue que de géant !

Nous sommes, pour la plupart, seul de notre côté, tandis que nos proches à coté de nous se délectent de repas qui parfois nous font de l’œil !

2.Une crise de plus :

Ma carence en fer ne fait qu’augmenter et d’autres troubles s’installent sans que j’y trouve pour l’instant de vrais remèdes.

Ajouter à cela les émotions, bonnes et mauvaises, les « tracas » du quotidien, les remises en question…, qui nous affaiblissent parfois et nous font succomber à la tentation.

Parfois, l’envie dure quelques minutes ou secondes et puis je passe en général à autre chose, mais……. !!!

Depuis plusieurs jours, cela est plus fort que moi, j’ai totalement décroché, du pain, du sucre, des gâteaux, de la pizza, du fromage, de la glace, des crèmes desserts….. et j’en passe, 3 jours déjà que je n’arrive plus à me contrôler….

Je vais me reprendre, comme je le fais à chaque fois, mais j’avoue que mentalement cette fois ci est plus dur que les autres et que l’abandon m’a même traversé l’esprit.

Malgré cela, je suis bien décidé à continuer sur ma lancée et j’ai décidé de consulter une nutritionniste qui je l’espère sera à même de m’aider.

3.Un suivi pas si simple :

Ce que je trouve d’autant plus compliqué ( peut-être serez vous de mon avis) c’est que nous n’avons, en France, que très peu de professionnels de santé qui sont sensibles à GAPS et donc encore moins formés et informés.

a. Se faire suivre par qui ?

 En France, nous allons plutôt nous tourner vers des naturopathes certifié GAPS, accommodés au protocole et qui connaissent le régime.

Les naturopathes m’ont déjà été de bons conseils, certaines informations m’ont été bénéfiques, mais avec le recul et les difficultés à surmontées, je me rends compte que cela ne suffit pas !

On ne peut pas , sur une longue période et surtout si l’on a plusieurs pathologies, suivre le régime GAPS seul sans un suivi médical qui nous aiderait à connaitre l’évolution de notre corps, de nos carences, ainsi que de notre état de santé.

b. A quel prix ?

Lorsque j’ai consulté, à plusieurs reprises, une naturopathe GAPS, ( à distance), le tarif était le suivant : 50 euros la demi-heure et 100 euros de l’heure.

Pardon,  mais 100 euros de l’heure, personnellement je trouve cela un peu excessif, je m’explique dans le paragraphe suivant.

4.L’aspect financier du régime :

Si vous additionnez,

  • Les consultations de naturopathie
  • Les consultations de professionnels de santé
  • Les compléments alimentaires
  • Les aliments frais à acheter régulièrement
  •  ……

Je n’ai pas compté le matériel de cuisine si vous n’êtes pas équipé. Ce dernier vous servira toujours, mais quand même….

On lit parfois qu’il faut se préparer à l’avance au niveau alimentaire lorsque l’on décide de commencer GAPS, mais reconnaissons qu’il faut également l’être sur le plan financier.

On dit souvent que ça ne coute pas plus cher de mieux manger, je trouve personnellement que ce n’est pas tout à fait vrai et selon l’endroit où l’on vit cela s’accentue!

Je vis en Corse et je peux vous dire que les supermarchés type « casino » et « carrefour », ne vous font pas faire d’économies ici !

Dans GAPS, pas de produits transformés, que du frais ou presque ! Pour une famille de 4 personnes même si tous ne suivent pas GAPS, vous pouvez faire un beau stock de viandes , poissons , légumes au congélateur…

En revanche, les fruits frais, certaines légumes, les œufs, les graines et oléagineux alourdissent l’addition et doivent être rachetés régulièrement !

Vous l’aurez compris, je vous conseille vraiment de vous lancer dans GAPS, mais avec comme mot d’ordre est l’ ANTICIPATION et une bonne dose de patience…..

Voila, c’était mon coup de gueule du jour, ne vous inquiétez pas , ça passera 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *