Les poireaux sauvages

1.Un légume frais et prêt à cuisiner découvert par hasard :

Il y a quelques jours, en se baladant en bord de mer avec mes enfants, nous avons découvert quelque chose de surprenant. L’ un d’entre eux s’est amusé à arracher une « mauvaise herbe », en pensant justement que c’en était une !

En y regardant de plus près nous nous sommes aperçu que cette « herbe » ressemblait à s’y méprendre à un poireau.

Après une rapide recherche sur internet, j’ai compris qu’effectivement, il s’agissait bien de poireaux sauvages (appelés aussi oignons sauvages ou ail trilobé), bien comestibles !

Tout content, nous avons alors passés près d’une demi-heure à en ramasser ! Je me suis dit, si cela n’est pas comestible nous les jetterons !

Prêt à cueillir !

2. Préparation d’une recette saine et délicieuse :

Puis après cette cueillette improvisée, retour à la maison, pour le travail le plus fastidieux, plus d’une heure à nettoyer ces poireaux avec mes 2 garçons !

Après tous ces efforts, nous méritions de les gouter !

Oui mais d’abord, il fallait les cuisiner, j’ai donc préparer une quiche chèvre poireaux pour ma femme et mes enfants qui se sont régalés. ( Ce n’était pas une quiche gaps donc je vous épargne la photo 😊 )

Retour de cueillette…Le plus dur reste à faire !

3. Les poireaux cuisinés façon GAPS, pas pour moi :

a. Les légumes entiers au premier essai :

Comme vous pouvez vous en doutez , je n’ai pas touché à la quiche, mais je l’ai préparé avec plaisir !

Maintenant il fallait que je goute ces poireaux quand même, direction la casserole de bouillon et après 2 heures de cuisson, c’est prêt !

Résultats : le bord était très fibreux et je n’ai mangé que le cœur, plus tendre avec un gout très doux.

Pendant 2 jours j’en ai consommé une petite quantité avec les carottes ( un légume digeste ), sans mauvaise réaction à première vue.

b. La lactofermentation de poireaux sauvages :

Bocaux de poireaux sauvages lactofermentés

Ensuite j’ai naturellement et rapidement pensé à la lactofermentation !

J’ai donc préparé 3 bocaux en saumure de ces petits poireaux , dont je vous donnerai des nouvelles d’ici quelques semaines, si le cœur m’en dit, vous allez comprendre dans le texte suivant 😊

c. La soupe GAPS précède la crise nocturne :

Deux jours plus tard, j’étais déjà lassé de ses petits légumes bouillis,  à l’enveloppe un peu trop fibreuse à mon gout.

 J’ai alors voulu tenter une « soupe » de poireaux au bouillon.

A la fin de la préparation et de la cuisson,j’ai bien vu qu’elle était devenu très épaisse après l’avoir mixée, dû, encore une fois, aux fibres présentes en grande quantité.

Par sécurité, j’ai donc ajouté un peu de bouillon pour modifier la consistance et « l’alléger un peu ».

Les poireaux nettoyés, prêts à cuisiner !

Suite à ce repas, ( pris le soir), j’ai passé une nuit et une matinée « difficile » !! C’est le moins que l’on puisse dire.

Pour faire court, d’abord des gazs hors-normes à répétition dans la soirée, puis des selles, à 1H et 5H  du matin suivi à chaque fois d’un énorme mal de ventre……

Au réveil, l’impression d’avoir l’estomac à l’envers, puis 9h de nouvelles selles, à nouveau un mal de ventre et rebelote pour les selles à 10H !

Fin de matinée un peu « en vrac » et « à plat » donc avec ces symptômes qui m’auront suivi une bonne partie de la journée !

4. Ces légumes étaient-ils comestibles ?

Evidemment après cette « crise », je me suis posé cette question, mais pas de panique, après plusieurs jours, aucune réaction d’autres personnes de la famille qui en avaient tous consommés et même à plusieurs reprises !

OUFF !! J’étais la seule victime de ces horribles créatures !!

J’ai tout de même pris soin de stocker au congélateur le reste de la récolte !

Finalement , le poireau de culture était déjà sur ma « blacklist » , mais avec cette expérience je peux vous assurer que je vais l’oublié qu’il soit cultivé ou sauvage pendant un moment ! Et ne me parler plus de poireaux ….. 😊 ……..avant trèèèèèèèsss longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *