Mon aventure GAPS 1/2

Dans ce post, assez détaillé je dirais 😊, ( il y aura donc une suite),  je vous partage mon retour d’expérience et mon état d’esprit lorsque je suivais « strictement » l’alimentation GAPS et ce qu’il en est aujourd’hui.

Partie 1 : Décembre 2017 -Juin 2019 : Découverte et Suivi du régime GAPS :

Lorsque j’ai découvert le livre du Dr Campbell, cela m’est apparu comme une évidence ! Sans rire, j’ai vraiment ressenti la sensation que j’avais mis le doigt sur une « formule magique ».

Plus je parcourais le livre et plus je me reconnaissais dans toutes ces explications ! C’ était comme si je trouvais enfin ce qui était fait pour moi !  Pas de doute, je devais le faire !

Je ne savais pas ce que j’allais endurer, mais une chose était certaine, ma conscience ne se trompée pas, le chemin que je devais suivre était celui-là !

1.Suivre GAPS seul :

Me voilà donc lancé dans cette aventure, sans savoir où j’allais réellement mais avec l’intime conviction que c’était le bon choix.

L’une des premières difficultés réside bien évidemment dans le fait de changer radicalement sa façon de s’alimenter…je ne reviendrai pas ici sur les détails de ce programme alimentaire mais il est évident qu’il est à mille lieux de nos habitudes de consommation quotidienne…..

Il y a une autre difficulté qui s’ajouter pour moi, et pas des moindre, passer chaque repas en famille en étant le seul à avoir une alimentation différente….car si dans certains cas parfois toute la famille ressent le besoin de se lancer dans l’aventure, cela n’a pas été mon cas et il a donc fallu faire au mieux pour rester focus sur mon objectif….

 Pas toujours facile, notamment de ne pas picorer dans les plats des autres que vous n’êtes pas « censé » toucher à table .

Mais peu m’importe, au départ, malgré quelques petits écarts, ma volonté était trop forte et mon envie de me sentir mieux restait intacte….( ceux qui souffrent de problèmes digestifs important ou de maladie auto-immune savent de quoi je parle).

Et même en travaillant en pâtisserie, je réussissais plutôt bien à résister à la tentation et à ne pas craquer (durant les premiers temps en tout cas).

2.Je veux emporter tout le monde avec moi :

Me voila donc parti pour une période que je qualifierais de difficile et finalement bénéfique.

Difficile pour moi, de rester concentré et ne pas retomber dans mes anciennes habitudes alimentaire, de ne pas succomber à la tentation de grignoter en travaillant ou de ne pas manger des produits de boulangerie/pâtisserie lorsque j’avais réellement faim….

Mais aussi difficile pour les autre!!!

En effet, je ne voulais plus rien savoir sur l’alimentation mis à part GAPS, je n’avais que ce mot en tête, chaque personne que je côtoyais avait le droit à un sermon de ma part, expliquant ce qu’il fallait manger ou non, ce qui était bon pour elle ou non.

Tout ce qui ne figurait pas dans la liste des aliments autorisés me paraissait être le diable,  je scrutais chaque bouchée que mes enfants avalés et chaque repas avait son lot de réflexions et d’énervements, devenant des moments d’appréhension pour tout le monde !

C’est simple, on ne prenait même plus de plaisir à se retrouver autour d’un repas !

3.Gare aux extrêmes:

A ce que l’on dit, « les extrêmes ne sont jamais bons », ceci est valable dans n’importe quel domaine de notre vie, et l’alimentation n’y échappe pas.

A ce moment là, je ne m’en rends pas vraiment compte, et surtout je ne veux pas entendre parler d’autre chose que GAPS, tout le reste n’était pas acceptable.

A vrai dire, peu de personnes comprenait ma démarche et j’étais plutôt un « extra-terrestre » aux yeux des autres car mes repas n’avaient plus rien de « normal », pour eux, j’étais dans la « privation », l’ extrême et surtout j’emmerdais clairement les autres pour essayer de leur ouvrir les yeux sur ce que je pensais être « le seul chemin correct » , au lieu de rester concentré sur mon objectif personnel. Je voulais rallier tout le monde à ma cause.

Heureusement, mon obstination allait payer mais je ne le savais pas encore, durant tout ce temps, j’étais chaque jour obsédé par les différents symptômes qui pouvaient se présenter.

Je surveillais le moindre trouble digestif, chaque passage aux toilettes était scruté comme l’huile sur le feu, ma vie tournait uniquement autour de l’alimentation et de sa digestion le reste n’avait plus vraiment d’importance.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que les résultats n’étaient pas « extraordinaire », je dirais plutôt que les améliorations se faisaient attendre et que chaque avancée se faisait à pas de tortue.

4.Frustration et persevérance :

Malgré une grande motivation et une foi inébranlable dans la puissance de cette nouvelle alimentation, une frustration s’installée au fil des mois et finalement entre mes repas très strict aller se greffer des périodes des craquages complet, allant de quelques heures à plusieurs jours …

Je passais d’un extrême à un autre, je pouvais passer des jours à suivre GAPS le plus strictement possible et juste après enchainer des périodes d’hyperphagie.

Finalement, je me décidais à ne plus travailler dans la pâtisserie pour pouvoir,( entres autres) supprimer toutes formes de tentation.

Une longue traversée du désert qui dura environ 1 an et demi, période pendant laquelle je m’en tenais uniquement aux différentes étapes du régime d’introduction, car mon corps ne supporter pas plus.

5.Conclusion :

Pour finir cette première partie, je dirais que malgré le coté difficile et un peu extrême de cette épreuve, je vous invite à surveiller la deuxième partie, beaucoup plus réjouissante et positive 😉

A suivre dans le prochain post : Partie 2 : La lumière au bout du tunnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *